Revue Études internationales

Logo Études internationales

La première revue scientifique francophone
en études internationales

Article

Retour au volume 50, numéro 2

Réponse aux auteurs

Résumé

Début du texte de Berrtand Badie:

Je remercie vivement celle et ceux qui ont contribué au débat ouvert par ce numéro d’Études internationales. La meilleure part, dans l’écriture d’un livre, se trouve dans les discussions qu’il permet d’alimenter et qui aident notamment l’auteur à découvrir la pleine réalité de ce qu’il a écrit et dont il n’était pas nécessairement conscient. En lisant chacun des articles, je me suis senti plus lucide, plus au fait d’interrogations que je n’ai pas toujours su convenablement formuler, mais je n’ai jamais perçu les bases d’un désaccord profond : parfois la posture était quelque peu différente, l’angle d’approche distinct ou les incertitudes légèrement décalées, mais je n’ai, à nul moment, ressenti de vrais désaccords. Ma « réponse » s’inscrit donc davantage dans le sillage de la conversation amicale que dans celui de la controverse. Elle s’efforce aussi de prolonger un débat initié par mon dernier livre, volontairement écrit en anglais, exprimant mon étonnement et parfois ma révolte face aux courants dominants qui ont structuré les Relations internationales, à partir notamment des États-Unis, pour essaimer ensuite de par le monde. Après avoir enseigné cette discipline pendant près de quarante ans, je redoute la cécité qui se dégage de son système conceptuel comme de ses affirmations, de plus en plus coupés de la réalité des souffrances internationales : je suis mal à l’aise face au mépris témoigné à l’égard des histoires qui viennent d’ailleurs, je suis gêné par la condescendance affichée à l’égard des sociétés, quelles qu’elles soient, qui ne cessent pourtant de perturber et de recréer librement les ordonnancements internationaux postulés (Badie 2020).

[...|

Abstract

No english abstract

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP). Tous droits réservés. © 2008-2009 Université Laval.

zone administrateur