Revue Études internationales

Logo Études internationales

La première revue scientifique francophone
en études internationales

Prix Paul-Painchaud

Pour souligner les 40 ans de la revue Études internationales, le comité de direction des HEI a créé en 2010 le Prix Paul-Painchaud, remis annuellement pour le meilleur article paru dans la Revue. D'une valeur de 1000 $, il est attribué au printemps sur recommandation d'un jury formé des membres du comité éditorial de la Revue. 

Le professeur Paul Painchaud a longtemps travaillé pour développer l'expertise en études internationales à l'Université Laval. Spécialiste de la politique étrangère canadienne et des relations internationales du Québec, il est le fondateur d'Études internationales. On lui doit aussi la création du Centre québécois des relations internationales (CQRI), sur lequel s'est édifié ensuite l'Institut québécois des hautes études internationales (HEI). Il a d'abord dirigé le CQRI, puis il y est resté associé de nombreuses années.

 

Lauréate 2015

Paméla Obertan, gagnante du Prix Paul-Painchaud 2015 (Études internationales)Paméla Obertan, pour son article « Gagner de l’influence dans une négociation asymétrique. Le cas de la coalition de PVD au Conseil des ADPIC de l’OMC », paru en septembre 2014, dans le volume XLV, numéro 2.

Résumé : Dans une institution internationale comme l’Organisation mondiale du commerce (OMC) où les relations sont fortement asymétriques, les pays les plus faibles sont structurellement défavorisés. Toutefois, ils peuvent combattre cette tendance en formant des coalitions, comme le suggère la littérature théorique. C’est cette voie qu’ont choisie à l’OMC de nombreux pays en voie de développement. Avec le temps, leurs coalitions sont devenues beaucoup plus efficaces pour contrer les prétentions des pays plus puissants à durcir la réglementation sur les brevets. La coalition de pays en voie de développement qui s’est mobilisée autour des questions de propriété intellectuelle et de biopiraterie a obtenu un certain succès, lequel peut s’expliquer par le choix d’une forme combinant solidité et souplesse. Texte complet 

Paméla Obertan est chercheuse au Département des sciences juridiques de l'Université des Antilles et de la Guyane, membre du centre de recherche sur les pouvoirs locaux dans la Caraïbe.

 

Lauréate 2014

Clarissa DRI, Prix Paul-Painchaud 2014-revue Études internationalesClarissa Dri pour son article « La construction du Parlement du Mercosur. Le poids des institutions, des intérêts et des idées », publié en juin 2013 dans le volume XLIV, numéro 2.

Résumé : Les principes démocratiques des États occidentaux influencent de plus en plus la façon dont ceux-ci conduisent leurs relations interna­tionales. Les acteurs parlementaires, par exemple, organisent des forums transnationaux afin de discuter de leurs perspectives sur la politique internationale. En Amérique latine, pourtant, cette tendance est limitée par la tradition présidentielle et par le caractère intergouvernemental du régionalisme. Comment donc la création d’un parlement au sein du Mer­cosur peut-elle être expliquée ? Cet article cherche à évaluer les raisons de la construction institutionnelle du Parlement du Mercosur au-delà du discours officiel. L’analyse, fondée sur le cadre théorique des « trois I » et sur des entretiens qualitatifs, identifie des facteurs liés aux institutions, aux intérêts et aux idées qui ont joué ensemble dans ce résultat politique. Texte complet.

Clarissa Dri est professeure au Département d'économie et relations internationales de l'Universidade Federal de Santa Catarina, à Florianópolis (Brésil).

 

Lauréat 2013

Jabeur Fathally pour son article « Les droits des femmes à l’aube du printemps arabe : de "ne pas oublier les femmes" au "Femmes : n’oubliez pas !" » publié en juin 2012 dans le volume XLIII, numéro 2.

Résumé : Dans le cadre de cet article, l’auteur traite de la question des droits des femmes arabes dans un contexte international marqué par les changements politiques et par les transitions sociétales que connaît le monde arabo-musulman. En se référant à la théorie cyclique des révolutions de Crane Brinton et par un retour à l’histoire, loin de tout cynisme idélogique, l’auteur démontre que les grandes révolutions qui ont façonné les relations internationales depuis le 17e siècle, ont été souvent sources d’atteintes aux droits des femmes en dépit des sacrifices consentis par ces femmes pour faire réussir le « fait révolutionnaire ». Texte complet

Jabeur Fathally est professeur de droit international et comparé et cofondateur du Groupe de recherche sur les systèmes juridiques dans le monde (JuriGlobe) à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa.

 

Lauréats 2012

Justin Massie et David Morin pour leur article « Francophonie et opérations de paix : vers une appropriation géoculturelle », publié en septembre 2011, dans le volume XLII, numéro 3.

Justin Massie est professeur adjoint à l'École supérieure d'affaires publiques et internationales de l'Université d'Ottawa, ainsi que chercheur associé à la Chaire de recherche du Canada en politiques étrangère et de défense canadiennes à l'UQAM.

David Morin est professeur adjoint à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke et directeur adjoint du Réseau francophone de recherche sur les opérations de paix (ROP).

Résumé : L'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) s'écarte-t-elle de sa vocation originelle? Cet article s'interroge d'abord sur la finalité et les objectifs de la Francophonie. Alors que les uns estiment que l'OIF est un vecteur de domination hégémonique, d'autres jugent qu'elle représente un véritable acteur politique international anti-hégémonique qui possède une valeur ajoutée propre en matière de paix et de sécurité. La Francophonie s'avère cependant davantage une institution fondée sur le principe d'appropriation géopolitique d'un espace géoculturel distinct. Dans cette perspective, l'article retrace la prise en charge croissante par l'OIF de ce rôle distinct et nécessaire en matière de sécurité internationale et cerne sa valeur géoculturelle ajoutée. Texte complet

 

Lauréats 2011

Camille Bethoux et Stéphane La Branche  pour leur article «L'appropriation des normes de participation dans les institutions internationales. Le cas du développement durable dans les grands barrages», publié en mars 2010, dans le numéro 1, volume XLI.

Résumé : Le processus d'internalisation des normes au sein des institutions n'est pas homogène, variant en fonction de divers facteurs. Prenant le cas des barrages, l'article se penche sur des acteurs, liés directement ou indirectement à la construction de grands barrages à l'international, dont la culture disciplinaire et l'identité institutionnelle les rendent peu sensibles aux enjeux sociaux du développement durable. Comment expliquer les différences entre ces institutions dans la prise en compte des critères sociaux dans les évaluations d'impacts? L'hypothèse est que l'identité et la capacité « disciplinaire » ou « idéologique » d'une organisation à prendre en compte les facteurs sociaux déterminent la qualité de l'évaluation et de la gestion des impacts sociaux des grands barrages, rejoignant l'argument de Young selon lequel la structure d'une institution joue un rôle capital dans sa capacité à mettre en oeuvre et à promouvoir des normes. Texte complet

Camille Bethoux est assistante de recherche à l'Institut d'études politiques de Grenoble. Stéphane La Branche est chercheur associé au Laboratoire d'économie de la production et de l'intégration internationale et directeur du Groupe de recherche sur le changement climatique, Pacte de Grenoble, France.

 

Lauréats 2010

Frédéric Mérand et Antoine Vandemoortele, pour leur article paru en juin 2009 : « L'Europe dans la culture stratégique canadienne, 1949-2009 », volume XL, no 2.

Résumé : S'appuyant sur la notion de culture stratégique, cet article démontre l'existence d'une tension historique entre européanisme, continentalisme et internationalisme dans la politique étrangère canadienne. Cette tension fondatrice est explorée sur le plan conceptuel, mais également dans les prises de position concrètes des gouvernements et des partis politiques depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. En s'alignant plus ouvertement sur Washington, le gouvernement conservateur de Stephen Harper (2006-2009) est le premier à privilégier le continentalisme de manière aussi unidimensionnelle. Même si le déclin de l'européanisme ne fait aucun doute, la résilience anticipée de la culture stratégique nous amène à relativiser cette tentative de transformation de la politique étrangère canadienne. Texte complet

Frédéric Mérand est professeur au Département de science politique de l'Université de Montréal

Antoine Vandemoortele est doctorant au Département des sciences politiques et sociales de l'Institut universitaire européen, Florence

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP). Tous droits réservés. © 2008-2009 Université Laval.

zone administrateur